Les community managers : revendications professionnelles et apprentissages entre pairs

Axe concerné: 
Type de publication: 
Conférences internationales avec actes
Code AERES pour les types de publications: 
ACTI : Communications avec actes dans un congrès international
Année de publication: 
2013
Informations sur la conférence/revue: 
Présentation lors du colloque « Entre réflexif et prescriptif : analyse des dispositifs d'apprentissage et de formation des communicateus », ACFAS
Références complémentaires: 
Québec, 9-10 mai 2013.
Auteurs de l'équipe OUN: 

Les métiers de l'internet constituent une catégorie professionnelle dynamique, où de nombreuses fonctions intéressant l'information et la communication émergent. Parmi celles-ci, le métier de community manager offre l'opportunité d'observer comment une fonction se structure au sein d'un écosystème préexistant (Boltanski, 1992). Fonction à la frontière du marketing, de la communication, de la relation client, mais revendiquant aussi sa part d'autonomie en faisant référence aux pratiques de gestion de l'action collective héritées des jeux en ligne, sa tentative de légitimation au sein des entreprises passe en effet par un ensemble de prises de position des praticiens eux-mêmes, qu'il est intéressant d'aborder sous un angle communicationnel (Stenger, Coutant, 2011).
L'une des conséquences de ces prises de paroles des praticiens par l'intermédiaire d'internet, d'autant plus facilitée qu'elle constitue aussi l'une des manières pour les acteurs de forger et renforcer leur e-réputation, est l'émergence de contenus permettant aux aspirants community manager de comprendre le métier, ses fonctions et d'apprendre à les remplir.
L'objectif de cette communication sera donc d'analyser comment un ensemble d'acteurs impliqués dans la structuration d'un nouveau métier mettent en place des dispositifs non institutionnels (Brougères, Ulmann, 2009 ; Alloing, Moinet, 2010) d'apprentissage de leurs futures fonctions. Cette analyse sera l'occasion de soulever tout l'intérêt que représente cet apprentissage par les pairs mais aussi les risques que prennent les community managers en matière d'engagements à l'égard de leurs directions ou de leurs publics, dans leur tentative de légitimer leur fonction.