Ces réseaux numériques dits sociaux

Facebook, MySpace, Twitter, Youtube, Copains d’avant, Viadeo, Skyrock… Les deux tiers des internautes dans le monde seraient déjà séduits nous répète-t-on à l’envie et les médias sont particulièrement prolixes face à ce phénomène qu’ils qualifient de médias sociaux ou de web participatif. Pourtant, l’appellation entraîne plus de confusion qu’elle n’éclaire. Un examen précis permet de constater qu’elle regroupe des dispositifs et des usages forts différents. Ce numéro de la revue Hermès est consacré spécifiquement au dernier né de ces dispositifs : les réseaux socionumériques. Il s’inscrit dans la continuité de l’approche critique du numérique menée par la revue et l’Institut des Sciences de la Communication du CNRS. Les contributeurs, chercheurs de disciplines variées et praticiens, insistent tout au long de ce dossier : il est essentiel de replacer ces sites dans le contexte historique du développement des réseaux de communication. Car le numérique n’apporte pas que du neuf ! Les articles illustrent à la fois la reproduction de pratiques sociales et l’essor de nouvelles formes de relations. Ils soulignent aussi les compétences requises et les risques associés au développement massif des réseaux socionumériques. Les formes de lien social et de communication, la visibilité de la vie quotidienne, l’effacement des frontières publiques et privées caractéristiques de ces dispositifs sont examinées en détails. Une mise en perspective internationale permet de mieux apprécier la variété des arts de faire avec ces plateformes, aussi bien du côté des particuliers que des entreprises. Au fil des articles se profilent des logiques d’exploitation de ces sites et par ces sites, tantôt amis tantôt faux amis.

Il n'y a actuellement aucune contribution dans cette catégorie.